Course des aînés à Yvoire

EN ROUTE POUR EN VOIR A YVOIRE !

Samedi 16 juin à 8h45, le car conduit par M. Steiner s’arrête au collège de la Promenade à Neuchâtel pour embarquer les derniers passagers, qui sont accueillis chaleureusement par les personnes venues des autres coins du canton.
Cette année, la chance nous sourit car le soleil resplendit et ne nous quittera plus de la journée. Après une bonne heure de route, notre chauffeur nous accorde une pause café-croissants de trente minutes à Grens, près de Nyon. Vers 11 heures, le car nous dépose au débarcadère de Nyon. Comme il reste du temps avant l’arrivée du bateau, nous en profitons pour admirer les quais fleuris, la vue superbe sur le lac et les montagnes, telles Voiron ou le Salève. Côté ville, nous découvrons quelques vestiges romains, témoins de l’époque de Jules César , où la ville s’appelait Colonia Julia Equestris ( 49-27 av. J.-C.). Adossé à la colline s’élève un majestueux château médiéval au pied duquel s’étend la vieille ville dont nous admirons au passage l’ancien relais postal.
La traversée en bateau de Nyon à Yvoire ne dure que 25 minutes, mais elle nous permet d’observer la côte vaudoise et au loin le jet d’eau de Genève. Yvoire met un point d’honneur dans la décoration florale de son village et j’avoue que ces grappes de fleurs d’une infinie variété constituent un régal pour les yeux. Quelques minutes de marche nous séparent  de notre restaurant- le Pré de la Cure- où nous attend un excellent menu : filets de perche accompagnés de frites et de salade, suivis d’une délicieuse glace framboise faite « maison ». Le temps du repas me permet de faire connaissance avec quelques membres de l’association et de constater aussi avec plaisir la présence d’une maman avec ses deux fils , dont un jeune diabétique insulino-dépendant. Après le repas, chacun est libre de rester tranquillement attablé au restaurant ou de visiter le site. Une visite s’impose tout de même, tant ce bourg charme le promeneur par ses ruelles délicieusement fleuries, ses maisons faites de pierre grise, aux balcons de bois et aux toits pentus. Boutiques et bistrots foisonnent. Ma curiosité me pousse jusqu’à la place du marché, où chante un joueur d’orgue de barbarie. Il prend le temps de m’expliquer le fonctionnement de ses instruments et de me conter leur histoire.
Toute l’équipe se retrouve à 4 heures à l’embarcadère pour le retour à Nyon. Cette fois-ci, la traversée est plus houleuse car un fort vent d’ouest s’est levé, soulevant de belles vagues. Après avoir retrouvé nos places dans le car, Jean-Marc, le chauffeur, nous propose de poursuivre le voyage par l’ancienne route longeant le lac jusqu’à Morges, puis de nous arrêter quelques instants à Ouchy pour rafraîchir nos gosiers. La pause lausannoise est fort appréciée, sauf pour une personne du groupe qui s’est blessée à la main. Après lui avoir prodigué quelques soins,  nous regagnons nos points de départ respectifs en ligne directe, satisfaits d’avoir vécu une journée exceptionnelle. Merci encore à nos deux organisatrices, Mmes Marie-Lise Schill  et Danielle Castella, ainsi qu’à notre fidèle chauffeur, qui nous conduit toujours avec un grand savoir-faire et beaucoup d’humour.

Nicole Sandoz

Vers le haut

Informations

Étude DAWN2™ en Suisse
Anmeldefrist verlängert: Interdisziplinärer Diabetes-Workshop der SGED